Chebika Tozeur Tunisie

 

Lazhar Ben Ali
LA FLÛTE DU FLÛTISTE DE « SOUNDÈS* »

« Les seuls (musiciens) qui aient vraiment un immense talent,
Sont ceux que l’on a jamais entendu jouer publiquement », l’auteur.

Au temps où la source de l’art coulait à flots,
Libre, désinvolte, simple et loin du lucre,
Où la flûte fichait la joie ou le sanglot,
Le goût en était coloquinte, aigreur ou sucre.

Ce virtuose n’était qu’un simple berger,
Qui menait ses dromadaires boire au ruisseau,
Serpent rutilant, pour tant d’êtres soulager,
Dans l’oued de Soundès, où poussait le roseau.

Un jour, le flûtiste écouta le vent souffler,
Dans la luxuriante végétation enivrée,
Par la chaude haleine éolienne camouflée
De peur que la tige creuse ne fût délivrée.

Alors l’artiste, couché à même le sable,
Tâta, tapa sur toute tringle prometteuse,
Quand l’éventuelle flûte fut palpable,
Il l’arracha avec soin de sa main duveteuse.

Puis il regroupa ses bêtes pour fouler les cannes,
Muettes, pour qu’elles se régénèrent autrement,
Ainsi, elles se feraient pousser d’autres tiges planes
D’où fuseraient les notes d’un divin instrument.

Tel un orfèvre, il cisela son bijou,
Mesura, coupa, vida et troua la badine
Du bout des lèvres et des doigts frisa le joujou,
Son tremolo invoqua toute émotion câline.

Le berger caressa les six trous alignés,
Il filtra le vent de ses poumons aux chamelles,
Des doigts, il dompta des airs non encor signés,
Et, pour lui, se remplirent de lait leurs mamelles.

* Soundès : petite oasis de montagne, où une source d’eau jaillit de la roche et se jette dans un oued de sable bordé de roseaux, et où viennent s’abreuver troupeaux et chameaux.
C'est un petit village du gouvernorat de Tozeur, (sud-ouest de la Tunisie), située sur la frontière tuniso - algérienne.
Merci à l'auteur; Mr lazhar ben ali